Madagascar devance tous les pays de la SADC

C’est encore prouvé. Les techniciens malgaches n’ont rien à envier à ceux des autres pays en matière de compétence. Cela a encore été une fois confirmé lors d’un concours organisé par Japan Oil, Gas and Metals National Corpo­ration (Jogmec), à Gaborone, capitale du Botswana, du 3 au 7 novembre. L’équipe malgache, composée de trois ingénieurs des mines, a fini en tête de ce concours, devant une dizaine de pays issus de la Commu­nauté de développement de l’Afrique subsaharienne (SADC).
« La plupart des pays qui ont participé à ce concours, pour ne citer que l’Afrique du Sud, dispose déjà d’une longue et solide expérience dans le domaine minier. Ce qui prouve que nous maitrisons déjà parfaitement la technique de la télédétection », déclare Pamphile Rakotoari­manana, directeur général des Mines au sein du ministère des ressources stratégiques.
Le concours consistait donc à utiliser la technique de la télédétection pour interpréter des images satellites ainsi que des cartes géologiques et minières afin de déterminer la présence de minerais dans un site. Il avait donc fallu répondre à sept questions et cumuler des points à chaque bonne réponse. Les représentants de la Grande île ont pu cumuler 362,5 points contre 337 points pour l’Afrique du sud et 328 points pour la Namibie, respectivement deuxième et troisième.
Coopération

« La télédétection est une technique que nous utilisons déjà beaucoup à Madagascar. Mais la méthode de travail ainsi que la cohésion de l’équipe et la confiance étaient sans doute le plus qui nous a permis de gagner », déclare Tojonirina Rasetaharisoa, un des ingénieurs ayant défendu les couleurs malgaches au Botswana. Le reste de l’équipe était composé de Désiré Rakoton­dra­valy et de Hary Ramian­drison.
Jogmec est l’agence japonaise chargée spécifiquement de la coopération dans le secteur minier au même titre que le Jica. Déjà présente à Madagascar depuis 2008, un nouvel accord de partenariat a été signé avec le ministère chargé des Mines en avril de cette année après quelques années de stand-by à cause de la crise. Cet accord a pour objet principal le développement des ressources minérales à Madagascar à travers le renforcement des capacités du personnel technique en matière de télédétection, et les nouvelles technologies utilisées dans la prospection et la cartographie géologique, notamment en utilisant les images satellites. Depuis, six ingénieurs malgaches ont ainsi pu bénéficier de formation au Japon et au Jogmec Géologic remote sensing center, basé au Botswana.